AccueilL'AggloHistoire & compétences

Histoire & compétences

Histoire

L’histoire de l’agglomération commence le 24 janvier 1992, quand les Maires de Fort-de-France, Lamentin et Schœlcher signent un accord de coopération qui prévoit la création d'un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) de type "communauté urbaine".

Leur but est d'associer des villes pour mettre en commun des moyens et des équipements, assurer un meilleur service et de meilleures prestations aux administrés et faciliter l'implantation de nouvelles activités économiques.

Ce rapprochement se concrétise 5 ans plus tard, en avril 1997. Rejoints par le maire de Saint-Joseph, ils créent le Syndicat Intercommunal du Centre de la Martinique (SICEM) pour gérer le traitement des déchets sur le territoire des 4 communes et initier la construction de l’Unité de Traitement et de Valorisation des Déchets Ménagers du Morne Dillon.
En juillet 1999, la création des communautés d’agglomération par la Loi Chevènement offre l’opportunité de donner une autre dimension à cette coopération intercommunale.

Le SICEM est dissoute et cède la place à la CACEM, Communauté d’Agglomération du Centre de la Martinique, le 27 décembre 2000. Celle-ci réunit les 4 villes du Centre, avec des compétences qui dépassent de très loin la seule gestion des déchets.
Le 20 avril 2001, Serge Letchimy est élu Président de la CACEM. Le 11 avril 2008, Pierre Samot lui succède.

Selon les chiffres de l'INSEE (population municipale 2013, c'est-à-dire population résidant effectivement dans la commune au 31 décembre 2012), le territoire CACEM composé des quatre villes membres de Fort-de-France, Lamentin, Saint-Joseph et Schœlcher compterait aujourd’hui environ 165.000 habitants, soit  plus de 87 000 à Fort-de-France, près de 40.000 au Lamentin, 21.000 à Schœlcher et 17.000 à Saint-Joseph.

Le Centre abriterait donc 42% de la population martiniquaise.

La population de l’agglomération est plutôt jeune puisque les moins de 45 ans sont majoritaires (57,4%). Toutefois, la population vieillit : les 45-59 ans représentent 21,2% de la population et les plus de 60 ans 21,4% (Source : Insee, RP2009 exploitation principale).

Avec 18 000 entreprises, soit 300 entreprises au km², les 4 communes de la CACEM regroupent 70% des surfaces économiques de la Martinique.
De plus, l'agglomération centre  accueille les 3/4 des emplois de l'ile.

Plus de 25% de ces entreprises sont de vocation commerciale. Et plus de 80% des petites et moyennes surfaces de vente sont implantées dans le centre. On comprend pourquoi l’agglomération est le premier pôle commercial de l’île.

Compétences

La Communauté d'Agglomération assure des compétences obligatoires au regard de la loi sur la coopération intercommunale du 12 Juillet 1999 :

  • Le développement économique
  • L'aménagement de l'espace communautaire
  • L'équilibre social de l'habitat
  • La politique de la ville

Des compétences optionnelles :

  • L'assainissement, c'est à dire la gestion des eaux usées,
  • La distribution de l'eau potable
  • La protection et la mise en valeur de l'environnement et du cadre de vie notamment par la collecte et le traitement des déchets ménagers ,
  • La construction, l'aménagement, l'entretien et la gestion d'équipements culturels et sportifs d'intérêt communautaire,
  • La gestion des voies d'intérêt communautaire.

Et des compétences facultatives :

  • La conduite d'une étude sur la restauration scolaire sur le territoire communautaire,
  • L'élaboration d'un schéma intercommunal d'assainissement ,
  • L'étude sur l'exploitation des eaux souterraines du Lamentin,
  • Le nettoiement de la voirie.

Les nouvelles compétences issues de la loi NOTRe

 

La promotion du Tourisme

Depuis le 1er janvier 2017, la CACEM exerce la compétence pleine et entière “Promotion du
tourisme dont la création d’office de tourisme”
, conformément aux dispositions de la loi NOTRE n°2015-991 du 07/08/15.

Le choix de la CACEM s’est porté sur la création d’un office de tourisme communautaire sous la forme juridique d’une Société Publique Locale, pour la mise en oeuvre de la politique touristique du Centre Martinique.

Cette structure fonctionne avec un Conseil d’Administration (13 membres) présidé par
Mme Elisabeth LANDI. Dirigée par M. Ronald BRITHMER, elle compte tous les anciens agents des 4 anciens offices de tourisme du Centre, au nombre de 24.

L’équipe de l’OTC met en application la stratégie touristique de la CACEM basée sur une thématique phare : faire du territoire Centre, une Destination Patrimoine, Culture et Nautisme.

Les Zones d'Activités Economiques

Afin de mettre des terrains viabilisés à disposition des entreprises souhaitant s’installer dans l’agglomération, la CACEM ,  dans le cadre de ses compétences « aménagement du territoire » et « développement économique », a déclaré d’intérêt communautaire 5 ZAE  soit  près de 50 ha de surfaces commercialisables :

  • CHOCO CHOISY – Saint Joseph : première ECO-ZONE de la Martinique, de 8 hectares.
  • MANGOT VULCIN – Lamentin : 30 hectares de foncier destinés à l’implantation d’activités en lien avec l’Hôpital situé à proximité
  • CASE NAVIRE – Schœlcher : ZAE a vocation tertiaire et à forte prise en compte environnementale
  • TROMPEUSE – Fort-de-France. : qui accueillera le Centre Technique des Transports de la CFTU ainsi que la voie interzone qui reliera rivière Roche à l’Etang Z’abricots
  • ETANG Z’ABRICOTS – Fort de France : zone qui s’intègre au développement portuaire et littoral de l’Etang Z’abricots, par l’accueil d’activités de logistique.

Dans le cadre de la loi NOTRe de janvier 2017, d’autres  zones seront transférées  à la CACEM: une dizaine de ZAE est concernée et une étude est en cours pour permettre le transfert effectif de celles qui seront gérées, en final, en direct par la CACEM

 

Pour en savoir plus

Plaquette_CACEM_mars2016.pdf